Alcool et qualité des paramètres spermatiques

La consommation d’alcool est relativement importante dans les pays développés, comme le précise les données de l’Eurobarometer (2010). Cette étude montre des variations du pourcentage de personnes ayant consommé de l’alcool pendant les 12 derniers mois dans les pays européens allant de 58% au Portugal jusqu’à 93% au Danemark.

Les études qui ont analysées les effets de l’alcool sur les paramètres du sperme sont assez contradictoires, et différents effets ont été évoqués, sur le métabolisme de la testostérone ou directement sur la spermatogenèse.

Afin d’essayer de mieux répondre à ces questions, les auteurs de cet article ont fait une méta-analyse d’articles à partir de la base MEDLINE (entre 1966 et 2016) et de la base EMBASE (entre 1995 et 2016) en combinant les recherches « consommation d’alcool », « buveur d’alcool », « style de vie alcoolisé » et les paramètres du sperme « concentration », « mobilité », « volume de sperme », « qualité du sperme » chez l’Humain.

148 publications dans MEDLINE et 200 dans EMBASE ont été trouvées à partir de ces critères de recherche. Après lecture du texte complet de ces publications, 75 ont été retenues pour analyse. Au final, seules 15 publications ont été retenues pour cette méta-analyse.

Dans la plupart de ces publications, la consommation d’alcool a été séparée en plusieurs groupes : soit absence de consommation d’alcool versus consommation d’alcool (occasionnelle ou quotidienne) ; soit en séparant également la consommation occasionnelle de la consommation quotidienne.

Dans ces publications (à part une étude) les hommes qui participaient étaient soit issus de la population générale, soit d’une population d’hommes fertiles (conjointe ayant déjà été enceinte).

Les résultats de cette méta-analyse montrent une absence d’impact de la consommation d’alcool sur la concentration et la mobilité des spermatozoïdes, mais un impact significatif à la fois sur le volume de sperme et la morphologie des spermatozoïdes. Ces différences sont trouvées quand on compare l’absence de consommation d’alcool versus une consommation d’alcool, mais cet effet est moindre lorsque la consommation d’alcool est réduite. Il n’y a pratiquement pas de différence entre une absence de consommation d’alcool et une consommation occasionnelle à la fois sur le volume et sur la morphologie.

La méta-analyse conclue donc a un effet délétère de l’alcool sur les paramètres du sperme notamment en cas de consommation quotidienne. Elle confirme également l’hypothèse que la consommation d’alcool agit sur la spermatogenèse, certainement par un effet de l’hypotestostéronémie expliquant la diminution de volume par la diminution du plasma séminal (Condorelli et col, 2015).

Par contre, les auteurs notent qu’il y a un léger effet bénéfique d’une consommation occasionnelle d’alcool versus une absence de consommation sur la mobilité de spermatozoïdes, cet effet pouvant être attribué à la présence de polyphénols dans la bière et le vin ; ces produits ayant des effets protecteurs de la cellule (Wogatzky et col, 2012).

Lorsque l’on prend en compte le sous-groupe des hommes fertiles versus hommes infertiles, les effets délétères de l’alcool sur le volume de sperme et la morphologie des spermatozoïdes persistent.

Les auteurs notent également qu’une nouvelle approche des effets délétères de l’alcool sur le sperme peut être envisagée. En effet, la qualité de l’ADN spermatique est altérée par différents processus oxydatif et des études réalisées chez l’animal exposé à différentes quantité d’alcool montre des altérations de l’ADN spermatique (Abarikwu et col, 2016) ; ces effets étant en partie liés à des processus oxydatifs en lien avec l’apoptose (Muratori et col, 2016).

 

Références :

Semen quality and alcohol intake: a systematic review and meta-analysis.
Ricci E, Al Beitawi S, Cipriani S, Candiani M, Chiaffarino F, Viganò P, Noli S, Parazzini F.
Reprod Biomed Online. 2017 Jan;34(1):38-47

Chronic consumption of alcohol and sperm parameters: our experience and the main evidences.
Condorelli RA, Calogero AE, Vicari E, La Vignera S.
Andrologia. 2015 May;47(4):368-79

The combination matters--distinct impact of lifestyle factors on sperm quality: a study on semen analysis of 1683 patients according to MSOME criteria.
Wogatzky J, Wirleitner B, Stecher A, Vanderzwalmen P, Neyer A, Spitzer D, Schuff M, Schechinger B, Zech NH.
Reprod Biol Endocrinol. 2012 Dec 24;10:115.

Variation of DNA Fragmentation Levels During Density Gradient Sperm Selection for Assisted Reproduction Techniques: A Possible New Male Predictive Parameter of Pregnancy?
Muratori M, Tarozzi N, Cambi M, Boni L, Iorio AL, Passaro C, Luppino B, Nadalini M, Marchiani S, Tamburrino L, Forti G, Maggi M, Baldi E, Borini A.
Medicine (Baltimore). 2016 May;95(20):e3624

Antioxidant enzymes activity, lipid peroxidation, oxidative damage in the testis and epididymis, and steroidogenesis in rats after co-exposure to atrazine and ethanol.
Abarikwu SO, Duru QC, Chinonso OV, Njoku RC.
Andrologia. 2016 Jun;48(5):548-57

 

Semen quality and alcohol intake : a systematic review et and meta-analysis.
Elena Ricci, Suha Al Beitawi, Soni Cipriani, Massimo Candiani, Francesca Chiaffarino, Paola Vigano, Stefania Noli, Fabio Parazzini.
RBM Online, 2017

 
Les articles sont édités sous la seule responsabilité de leurs auteurs.
Les informations fournies sur www.gyneco-online.com sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.