Les défis futurs de la SFCPCV

Auteurs

L’examen colposcopique est, plus que jamais,  incontournable pour la prévention du cancer invasif du col utérin. En effet, les recommandations publiées il y a moins d’un an par l’INCA orientent d’emblée les frottis positifs (ASC-US, HPV positif / ASC-H / L-SIL / H-SIL / AGC, HPV positif) vers l’examen colposcopique. Parallèlement, l’organisation du dépistage cytologique chez les patientes de 25 à 65 ans est enfin annoncée en France pour 2018.

Si l’outil de dépistage primaire venait à évoluer (test HPV de première intention), la place de l’examen colposcopique pour faire porter la biopsie sur le site le plus pertinent pour le diagnostic mais aussi pour réaliser le traitement le plus adapté resterait au premier plan.

La Société Française de Colposcopie et de Pathologie Cervico Vaginale  a donc devant elle plusieurs challenges :

  • Organiser des formations régulières accessibles au plus grand nombre pour la participation au dépistage primaire (médecins généralistes et aussi sages-femmes)
  • Sensibiliser les internes de gynécologie obstétrique et de gynécologie médicale à la formation en colposcopie et les encourager à pratiquer régulièrement cette activité
  • Soutenir et participer activement à tous les enseignements initiaux organisés par les facultés
  • Assurer une offre de soin en colposcopie (diagnostique et thérapeutique) bien répartie sur l’ensemble du territoire français en sensibilisant chacun à l’intérêt d’adhérer à la charte de qualité en colposcopie garant d’une prise en charge adéquate

Le congrès de janvier 2018 (Paris Montrouge) organisé par la Société de Colposcopie et de Pathologie Cervico-Vaginale (SFCPCV)les 19 et 20 janvier sera consacré aux colposcopies difficiles. La visualisation d’images, la participation active à des quizz en pathologie cervico vaginale sont toujours prisées de l’auditoire. La description de techniques faisant partie maintenant du bilan initial dans nombre de situations, tel le curetage endocervical, sera abordée. Le tempo sera comme à l’habitude vivant et varié et rependant aux attentes de chacun. On peut mentionner aussi les cours de techniques de résection (en simulation) et les ateliers d’attitude pratique à propos de cas réels seront proposés le 18 janvier après midi. Une réunion avec tous les pays francophones est également programmée le samedi après-midi afin d’évaluer les collaborations envisageables.

La SFCPCV a beaucoup de projets à partager avec vous et avec les plus jeunes qu’il faut entrainer dans cette activité passionnante.

Demain la colposcopie ne sera peut-être plus seulement l’instrument de l’examen du col utérin et du tractus génital mais possiblement de la région anale. En effet la littérature actuelle est très riche sur les lésions viro induites dans cette localisation et nos confrères canadiens pratiquent déjà aujourd’hui l’anuscopie à haute résolution.

L’utilisation du colposcope est voué à un avenir encore plus important ; il est de notre rôle de motiver toues les vocations ; rendez-vous donc en janvier où nous saurons vous recevoir !