Le dépistage organisé du cancer du col : l'exemple irlandais, plus de travail pour les colposcopistes et les labos !

Jean-Luc MERGUIJean-Luc MERGUI

Le dépistage cytologique organisé (DO) du cancer du col à commencé en Irlande en 2008, il y a prés de 9 ans ! La population cible consistait en 1,2 millions de femmes auxquelles il était offert une dépistage sous la forme d'un frottis tous les 3 ans entre 25 & 44 ans puis tous les 5 ans entre 45 & 60 ans.

Les 6 premières années de ce DO ont été analysées : le taux de couverture de la population sur 5 ans (ajusté sur les patientes déjà hystérectomisées)  était de 77 %, (rappelons qu'en France le dépistage spontané couvre entre 50 & 60 % de la population cible), le nombre de patientes irlandaises adressées en colposcopie est passé de 10.000 la première année à 17500 la troisième année soit prés de 75 % d'augmentation ! avec un délai d'attente de 8 semaines passé de 41.5 % à 93.4 % lors de la 4 ème année de dépistage, par ailleurs le nombre de biopsies pratiquées a également augmenté avec un surcroit de travail pour les laboratoires d'anatomocytopathologie (ACP) avec près de 34 000 patientes porteuses de CIN2+ & ACIS et 860 cancer invasifs lors de la 6 ème année, démontrant l'efficacité d'un DO.

Le passage probable au dépistage virologique dans un futur proche dont la sensibilité est plus grande, risque lui aussi dans l'avenir d'augmenter la charge de travail des colposcopistes (et des laboratoires de pathologie) dont il faudra organiser, aménager et peut-être améliorer aussi la qualité de la prise en charge afin d'amoindrir les inévitables sur diagnostics et sur traitements.

Références :
Eur J Cancer Prev. 2016 Nov 7.
Establishment of a national cervical screening programme in Ireland, CervicalCheck: the first 6 years.
Flannelly GM1, Mooney MTGreehy GMKeogh EBMcNally SAFitzpatrick PE.

Date de mise à jour : 15/12/2016

 
Les articles sont édités sous la seule responsabilité de leurs auteurs.
Les informations fournies sur www.gyneco-online.com sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.