Les relations extra conjugales dans les couples en PMA

Déborah SCHOUHMANN-ANTONIODéborah SCHOUHMANN-ANTONIO

Lorsqu’un couple est confronté à l’annonce de son infertilité, son équilibre est alors modifié, et ce, que la cause de cette infertilité soit liée à Monsieur ou Madame. Cette annonce est donc vécue comme un électrochoc, pouvant lors des traitements aboutir au mieux au renforcement du couple, au pire à sa rupture.

La personne infertile, va être touchée par plusieurs phénomènes négatifs, comme la perte de confiance en elle, une forme de sentiment d’impuissance face aux évènements, mais également dans certain cas, une perte de sa féminité (ou de sa virilité) pouvant entrainer une baisse de désir sexuel quand bien même une bonne entente persiste au sein du couple. Notons également que les personnes touchées par l’infertilité vont par ailleurs développer ou renforcer lors des parcours PMA des qualités comme la patience, la ténacité, et une adaptabilité que demandent ces traitements.    

Du coté des femmes, des symptômes dépressifs peuvent apparaitre (anxiété, troubles du sommeil…). Un sentiment de frustration et d’injustice peut également naître face à son incapacité à procréer, car le désir de maternité est l’essence même de la féminité. Il peut également advenir une perte de désir sexuel ou de la libido, liée à l’idée que, se sentant moins femme, elles ne peuvent être désirées et désirables.

Dans le cas d’une infertilité masculine, les  hommes peuvent également souffrir de symptômes dépressifs, mais c’est la culpabilité et le sentiment de la perte de virilité qui prennent souvent le pas. 

Les couples vivent la prise en charge comme une négation de leur relation amoureuse. Ayant le sentiment que leur personnalité n’est réduite qu’à la qualité de leurs gamètes et à l’efficacité de leurs organes sexuels. Les couples notent que l’acte sexuel devient moins plaisant et même parfois douloureux psychologiquement puisque lié inconsciemment au seul objectif de reproduction. Les non-dits au sein du couple, qui servent à protéger l’un et l’autre du ressenti et de la douleur des partenaires, ainsi que la culpabilité naissante, peuvent à la longue amener une détérioration ou une absence des relations sexuelles.

C’est donc dans ce contexte que nous pouvons constater que certains patients vont entretenir des relations extra-conjugales lors du parcours en PMA ou encore à l’issue de parcours et de maternité longs et complexes. Ces relations, qui sont entretenues dans un but de réassurance, concernent autant les hommes que les femmes.

Les patients expliquent très bien que leur féminité ou virilité étant mise à mal, la rencontre d’un autre qui les voit comme un objet de désir, sans attendre d’eux un engagement via la maternité ou la paternité, leur permet de renouer avec leur part de féminin ou de masculin et donc de retrouver confiance dans leur corps et leur pouvoir d’attirance.

Pour les femmes, cette rencontre d’un autre qui ne les connait pas dans leur histoire douloureuse lié à l’infertilité ; qui les désirent avec ce corps qui parfois est en souffrance suite aux traitements, notamment modifié par la prise de poids liée aux hormones, est une manière de retrouver sa féminité et de renouveler un désir et une libido en berne.

Pour les hommes, il en est de même dans la réassurance de leur virilité. Nombre d’hommes associent leur virilité au fait de pouvoir procréer, autant qu’au bon fonctionnement de leur organes génitaux. Ainsi, en sentant le désir d’une personne extérieure à leur vie de couple, ils réinvestissent leur rôle d’Homme !

Il est important de noter que lors des entretiens thérapeutiques où les couples se livrent sur ces relations extra-conjugales il est toujours fait mention de beaucoup de culpabilité de la part du membre du couple qui vit cette situation. Car le désir n’est pas de changer de partenaire, ou de faire un enfant ailleurs ; mais bien de réinvestir son féminin ou son masculin. Ces relations peuvent permettre aux couples de redécouvrir le plaisir de la sexualité sans le poids de la maternité, et donc de ramener dans le couple infertile l’intérêt d’une sexualité purement liée au plaisir. Ces relations extra-conjugales peuvent donc permettre aux couples infertiles de se retrouver comme hommes et femmes et pas uniquement comme de futurs parents ou comme un couples ne se définissant que comme infertile.

Date de mise à jour : 15/06/2017

 
Les articles sont édités sous la seule responsabilité de leurs auteurs.
Les informations fournies sur www.gyneco-online.com sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.