Évaluation de la fragmentation d'ADN des spermatozoïdes

Auteur : Armand ZINI

Département de chirurgie (division d’urologie), université McGill, Montréal, Québec, Canada.

Demandes de Réimpression : Armand Zini, MD, Hôpital Ste-Mary, 3830 Avenue Lacombe, Montréal, Québec, Canada H3T 1M5. (Fax : (514) 734-2718, E-mail : ziniarmand@yahoo.com).

L'examen conventionnel du sperme permet au clinicien d’avoir un aperçu général de la santé reproductrice masculine. Par contre, certains hommes avec un spermogramme normal peuvent avoir des spermatozoïdes avec des défauts fondamentaux de fertilisation [1]. Récemment, la fragmentation d'ADN de sperme a été étudiée intensivement afin d'essayer d'améliorer l'exactitude diagnostique de l'évaluation masculine, en particulier, chez les couples avec infertilité idiopathique. Cependant, la pathophysiologie et l'étiologie des dommages d'ADN de sperme chez l'homme ne sont pas complètement comprises, et, jusqu'ici, il y a très peu de données sur les options de traitement pour les hommes infertiles avec ce défaut de sperme.

L'étiologie de la fragmentation de l'ADN de sperme est multifactorielle. Les mécanismes le plus généralement rapportés étant (1) l’insuffisance de protamine menant à l'empaquetage défectueux de chromatine de sperme, (2) l'apoptose désordonnée et (3) le stresse oxydatif (suite à l'élaboration excessive de dérivés réactifs de l'oxygène) [2-6]. Les causes potentielles cliniques de la fragmentation d'ADN de sperme incluent la varicocèle, les infections génitales (prostatites, épididymites), la pollution atmosphérique, la chimiothérapie, la radiothérapie, les drogues, le tabagisme et l'âge avancé [7].

Il y a plusieurs essais qui permettent d’évaluer l'ADN des spermatozoïdes. Ces essais incluent l'analyse de structure de la chromatine de sperme (SCSA ; [8]), l'analyse unicellulaire par électrophorèse de gel (COMET ; [9]), et marquage terminal in situ TUNEL (pour TdT-mediated dUTP-biotin nick end labeling [10]). En utilisant ces analyses, des tentatives ont été faites afin d’établir des valeurs seuil quant au pourcentage de sperme avec des dommages à l'ADN ; les valeurs au-dessus du seuil indiqueraient que la fertilité pourrait être affectée. Néanmoins, ces analyses doivent être normalisées, car il y a de grandes variations parmi les divers essais des dommages d'ADN de sperme [11]. En utilisant le SCSA, des valeurs- seuil de dommages d'ADN de sperme ont été établies : indice de fragmentation d’ADN bas (= 15%), modérez (15% et 30%) et élevé (=30%) (%DFI, proportion de cellules avec des dommages d'ADN). Ces seuils sont associés à un potentiel normal de fertilité excellent, bon ou pauvre, respectivement [8, 12, 13].

Il y a maintenant plusieurs études qui démontrent que l'intégrité d'ADN de sperme peut influencer les taux de réussite suite aux techniques de reproduction assistée (par exemple, insémination, fécondation in vitro [FIV] et injection intra-cytoplasmique de sperme [ICSI]). Bien qu'il y ait peu d'études valides sur l’insémination, les données suggèrent que les dommages d'ADN de sperme soient associés à des taux inférieurs de grossesse après insémination [14]. Un examen systématique de la littérature nous permet de conclure que l'intégrité d'ADN de sperme est associée à des taux inférieurs de grossesse avec FIV, tandis qu’elle n'est pas associée aux taux de grossesse avec ICSI [15, 16]. Il y a également des études qui démontrent que les dommages d'ADN de sperme sont associés à un plus grand risque de perte de grossesse après FIV et ICSI [17]. Cependant, il y a très peu de données au sujet de l'influence des dommages d'ADN de sperme sur la santé du nouveau-né.

Les traitements qui visent à corriger les facteurs cliniques et biologiques liés aux dommages d'ADN de sperme sont généralement associés à une diminution de la fragmentation de l'ADN. La réparation de la varicocèle, le traitement des infections génitales et l'utilisation d’antioxydants oraux sont généralement associés à une amélioration de l'intégrité d'ADN de sperme [18-23]. Finalement, ces thérapies visent à améliorer le potentiel masculin de fertilité et les taux de réussite après les technologies de reproduction assistée. Une autre approche pour améliorer les taux de réussite suite aux technologies de reproduction assistée chez les hommes avec fragmentation d'ADN de sperme est d'obtenir les spermatozoïdes testiculaires pour ICSI. Cette approche est basée sur l'hypothèse que les spermatozoïdes testiculaires ont généralement des niveaux plus bas de dommages d'ADN que les spermatozoïdes éjaculés parce que les dommages d'ADN de sperme peuvent en partie être provoqués par un stress post-testiculaire [24].

Références

  • Saleh RA, Agarwal A, Nelson DR, Nada EA, El-Tonsy MH, Alvarez JG, Thomas AJ, Jr., Sharma RK. Increased sperm nuclear DNA damage in normozoospermic infertile men: a prospective study. Fertil Steril 2002; 78: 313-318.
  • De Iuliis GN, Thomson LK, Mitchell LA, Finnie JM, Koppers AJ, Hedges A, Nixon B, Aitken RJ. DNA damage in human spermatozoa is highly correlated with the efficiency of chromatin remodeling and the formation of 8-hydroxy-2'-deoxyguanosine, a marker of oxidative stress. Biol Reprod 2009; 81: 517-524.
  • Leduc F, Nkoma GB, Boissonneault G. Spermiogenesis and DNA repair: a possible etiology of human infertility and genetic disorders. Syst Biol Reprod Med 2008; 54: 3-10.
  • Muratori M, Marchiani S, Maggi M, Forti G, Baldi E. Origin and biological significance of DNA fragmentation in human spermatozoa. Front Biosci 2006; 11: 1491-1499.
  • O'Brien J, Zini A. Sperm DNA integrity and male infertility. Urology 2005; 65: 16-22.
  • Sakkas D, Seli E, Bizzaro D, Tarozzi N, Manicardi GC. Abnormal spermatozoa in the ejaculate: abortive apoptosis and faulty nuclear remodelling during spermatogenesis. Reprod Biomed Online 2003; 7: 428-432.
  • Moskovtsev SI, Mullen JB, Lecker I, Jarvi K, White J, Roberts M, Lo KC. Frequency and severity of sperm DNA damage in patients with confirmed cases of male infertility of different aetiologies. Reprod Biomed Online; 20: 759-763.
  • Evenson DP, Jost LK, Marshall D, Zinaman MJ, Clegg E, Purvis K, de Angelis P, Claussen OP. Utility of the sperm chromatin structure assay as a diagnostic and prognostic tool in the human fertility clinic. Hum Reprod 1999; 14: 1039-1049.
  • Hughes CM, Lewis SE, McKelvey-Martin VJ, Thompson W. Reproducibility of human sperm DNA measurements using the alkaline single cell gel electrophoresis assay. Mutat Res 1997; 374: 261-268.
  • Gorczyca W, Traganos F, Jesionowska H, Darzynkiewicz Z. Presence of DNA strand breaks and increased sensitivity of DNA in situ to denaturation in abnormal human sperm cells: analogy to apoptosis of somatic cells. Exp Cell Res 1993; 207: 202-205.
  • Barratt CL, Aitken RJ, Bjorndahl L, Carrell DT, de Boer P, Kvist U, Lewis SE, Perreault SD, Perry MJ, Ramos L, Robaire B, Ward S, Zini A. Sperm DNA: organization, protection and vulnerability: from basic science to clinical applications--a position report. Hum Reprod; 25: 824-838.
  • Giwercman A, Lindstedt L, Larsson M, Bungum M, Spano M, Levine RJ, Rylander L. Sperm chromatin structure assay as an independent predictor of fertility in vivo: a case-control study. Int J Androl 2009.
  • Spano M, Bonde JP, Hjollund HI, Kolstad HA, Cordelli E, Leter G. Sperm chromatin damage impairs human fertility. The Danish First Pregnancy Planner Study Team. Fertil Steril 2000; 73: 43-50.
  • Bungum M, Humaidan P, Axmon A, Spano M, Bungum L, Erenpreiss J, Giwercman A. Sperm DNA integrity assessment in prediction of assisted reproduction technology outcome. Hum Reprod 2007; 22: 174-179.
  • Collins JA, Barnhart KT, Schlegel PN. Do sperm DNA integrity tests predict pregnancy with in vitro fertilization? Fertil Steril 2008; 89: 823-831.
  • Zini A, Sigman M. Are tests of sperm DNA damage clinically useful? Pros and cons. J Androl 2009; 30: 219-229.
  • Zini A, Boman JM, Belzile E, Ciampi A. Sperm DNA damage is associated with an increased risk of pregnancy loss after IVF and ICSI: systematic review and meta-analysis. Hum Reprod 2008; 23: 2663-2668.
  • Greco E, Iacobelli M, Rienzi L, Ubaldi F, Ferrero S, Tesarik J. Reduction of the incidence of sperm DNA fragmentation by oral antioxidant treatment. J Androl 2005; 26: 349-353.
  • Greco E, Romano S, Iacobelli M, Ferrero S, Baroni E, Minasi MG, Ubaldi F, Rienzi L, Tesarik J. ICSI in cases of sperm DNA damage: beneficial effect of oral antioxidant treatment. Hum Reprod 2005; 20: 2590-2594.
  • Moskovtsev SI. Management of patients with high sperm DNA damage. Indian J Med Res 2008; 127: 101-103.
  • Moskovtsev SI, Lecker I, Mullen JB, Jarvi K, Willis J, White J, Lo KC. Cause-specific treatment in patients with high sperm DNA damage resulted in significant DNA improvement. Syst Biol Reprod Med 2009; 55: 109-115.
  • Zini A, Blumenfeld A, Libman J, Willis J. Beneficial effect of microsurgical varicocelectomy on human sperm DNA integrity. Hum Reprod 2005; 20: 1018-1021.
  • Zini A, San Gabriel M, Baazeem A. Antioxidants and sperm DNA damage: a clinical perspective. J Assist Reprod Genet 2009; 26: 427-432.
  • Suganuma R, Yanagimachi R, Meistrich ML. Decline in fertility of mouse sperm with abnormal chromatin during epididymal passage as revealed by ICSI. Hum Reprod 2005; 20: 3101-3108.

Date de mise à jour : 01/07/2011

 
Les articles sont édités sous la seule responsabilité de leurs auteurs.
Les informations fournies sur www.gyneco-online.com sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.